Burn Out

/!\ Ce tome est le troisième de la saga. Dans la suite de cette chronique, il y a donc de forte chance pour que je parle de choses qui se sont passées dans les tomes précédents dont tu peux lire mes avis ici

Si tu n’as pas lu les tomes précédents ou si tu ne les as pas finis, ne poursuis pas la lecture de cet article 🙂

Couverture du livre Burn Out de Stéphane Fatrov

Date de parution : Novembre 2015

Véronique, une salariée surexploitée et prise pour une imbécile depuis des années par son supérieur, finit par faire un « burn-out » et pète littéralement les plombs sur son lieu de travail.

Étage par étage, et jusqu’au grand patron, elle règle alors ses comptes en tuant et massacrant la plupart de ses responsables et collègues de travail de manière de plus en plus stupéfiante et inventive au fil de sa progression.

Et les rares qui échapperont au carnage ne s’en sortiront pas indemne pour autant, car même si elle a daigné leur accorder la vie sauve, il faut voir de quelle façon surprenante elle s’est tout de même occupée d’eux…

POURQUOI J'AI EU ENVIE DE LE LIRE ?

Comme bien souvent, c’est en cherchant une lecture commune pour Entre2Livres que je suis tombée sur ce livre. Il est hyper court (à peine 30 pages), et je crois ne pas être la seule à péter de temps en temps un câble à cause de mon boulot. Un peu d’humour noir de temps en temps, ça ne fait pas de mal non ? :p

CE QUE J'EN AI PENSÉ

L’histoire commence après le massacre avec le commissaire de police sur place, commissaire Orsi. On sent tout de suite que c’est un vrai bain de sang.

Au fil de ma lecture

Ne pas ouvrir si tu as l'intention de lire le livre

Le commissaire ne me plaît pas. Je n’aime pas son ton, sa façon d’être. Les gens antipathiques, ça n’est pas mon truc. Même si Véronique Péret a fait un truc horrible, la famille n’y est pour rien, et les prévenir ne devrait pas être une corvée comme ça l’est pour lui.

Allez mettons ça de côté et concentrons-nous sur l’histoire. En fait le coup de fil d’Orsi au mari de Véronique me fait penser à un sketch d’un humoriste, c’est tellement irréel. J’ai vraiment du mal à croire qu’un policier puisse un jour parler comme ça à quelqu’un, quel que soit son grade (mais peut être que je vis dans le monde des bisounours).

Première victime : le chef de service. Ok, la façon dont il est mort est dégoûtante, mais j’avoue que je ris à cause du monologue du flic au téléphone. Un sketch, c’est un sketch =)

Et comme Véronique a été poussée à bout et n’a pas pris son antidépresseur ce matin-là, elle ne s’arrête pas là et va péter la gu*une aux autre collègue qui la saoulent 😮 il paraît que les meurtres vont crescendo. Déjà je trouvais le premier plutôt dégueu, une part de moi a hâte de connaître les suivants.

« Armée d’une bâche dans une main et d’un extincteur dans l’autre, c’est à ce moment-là que la situation a commencé à dégénérer« . Ah oui ! Parce que le coup de la langue agrafée, du jet de photocopieuse et le vigile de 90 kg liquéfié contre le mur c’était « normal » 😮

Cette boîte ne doit pas avoir une bonne réputation : Véronique n’est pas la seule à péter un câble ! Nathalie, victime de harcèlement sexuel, se joint à elles sans sa lutte. Et à elles deux, elles en font des dégâts.

Non mais Commissaire Orsi, si vous faites un stand-up un jour, j’achète une place tout de suite =) Je me marre toute seule.

Ce qui est arrivé au D.R.H. c’est quand même bien dégueu 😮 beurk !

Ah bah ! Euh… Comment dire… L’histoire des seins en sillicone qui se retrouvent dans le dos, on en parle ? ^_^’ Y a vraiment rien de sérieux dans cette histoire hein ^^ Mais le pire dans tout ça, c’est que Nath’ et Véro’ ne l’ont pas tuée ! C’est une jeune recrue de la police qui s’en est chargé, parce qu’il a paniqué quand un monstre vert (elle était badigeonnée de canard WC) est sortie des toilettes, marchant à quatre pattes, à moitié nue avec d’énormes seins dans le dos et qui faisait des sons étranges. Bim ! Une balle en pleine tronche !

En tout cas, belle conclusion de la part du Commissaire qu’évidemment (et pas parce que je suis une femme hein), j’approuve complètement !

[fermer]

En conclusion

Pour commencer, le livre n’a de sérieux que le titre (et la conclusion). Personnellement, je m’attendais à suivre Véronique (la nana qui pète un câble) dans une sorte de descente aux enfers où au final, elle n’en pouvait plus. Je pensais sincèrement que le livre allait être un peu “dur” à lire. Finalement, j’aurai du prêter plus d’attention au genre “humour noir”.

En fait, c’est le commissaire chargé de l’enquête qui relate les faits au mari de Véronique. Honnêtement, je me suis marrée du début à la fin. En fait, le policier est au téléphone et on a l’impression qu’il fait un One Man Show ! Franchement, si tu veux un bon moment de détente, sans prise de tête (et même si certains passages sont dégoutants), je te conseille ce livre ^^

OÙ LE TROUVER ?

Le livre est disponible sur :

Un Commentaire

  1. Un réel coup de coeur au point que je l’ai mis dans mon top 10 des lectures de l’année ^^

    J’ai vraiment adoré pour le coup le côté humour car franchement pas une page où j’ai pas rit !!!!

    Merci pour la découverte ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.