Couverture du livre La mélodie du mensonge de Mathieu Miale

La mélodie du mensonge

posté le 15 octobre 2021

Cette chronique a été écrite lors du premier jet du livre. À ce moment, celui-ci était disponible gratuitement sur Kobo ; c’est là que je l’ai découvert.

Mathieu a publié une nouvelle version en juin 2022 dans laquelle il a apporté quelques modifications. Tout ce qui me “dérangeait” dans le livre a été changé ou supprimé. Dans le premier jet, on devinait dès le début qui était le tueur et ses motivations. À présent, ce n’est plus le cas et nous pataugeons autant que les policiers dans cette enquête.

Ces modifications étaient nécessaires pour rendre le livre encore plus palpitant. Je te conseille vivement de le découvrir.

Couverture du livre La mélodie du mensonge de Mathieu Miale

Ecrit par Mathieu Miale

Dans la paisible communauté de Ponsville, le lieutenant Dwayne McPherson, déjà tourmenté par un drame familial, se voit embarqué dans une série de meurtres violents. Les indices manquent et les similitudes entre les victimes sont minces. Alors que la police patauge depuis des mois, le lieutenant s’approche enfin de la vérité ; et à McPherson de se poser la question : qui tue ces étudiants ? Et pourquoi ?

Date de parution : Mai 2021

Pourquoi j'ai eu envie de le lire ?

Comme tu le sais peut-être si tu traînes ici depuis un moment, de temps en temps, je propose ce qu’on appelle une lecture commune sur Entre2Livres. En gros, il s’agit d’un livre disponible gratuitement que l’on lit en même temps, chacun à notre rythme, et que l’on commente au fur et à mesure de notre lecture (tu peux voir toutes nos lectures communes ici).

Je cherchais donc un nouveau livre à proposer aux membres, et, je ne sais pas trop pourquoi, mais le résumé de celui-ci m’a attirée. En regardant de plus près les commentaires, je me suis laissée convaincre. On verra bien ce que ça donne :p

Ce que j'en ai pensé

Ne pas ouvrir si tu as l'intention de lire le livre

Le livre commence le 6 juillet 2019 à Ponsville, à l’aube. C’est une petite ville de Californie mais qui a tout de même sa propre université.

Nous sommes sur un plateau de télévision en compagnie de Suzanne Ridge, une quarantenaire qui fait ce métier depuis 20 ans. Elle présente une matinale locale ^^

La nouvelle la plus sombre de sa présentation est la suivante : un homicide a eu lieu à l’université de Californie de Ponsville ; un jeune étudiant a été poignardé de plusieurs coups de couteaux à l’abdomen, puis abandonné sur le terrain de basketball. A priori, c’est un véritable bain de sang…

Du côté de la police, c’est un enquêteur expérimenté et surtout l’un des meilleurs éléments qui est envoyé sur place. Dwayne McPherson fait équipe avec Chris Drucker. Ils semblent les meilleurs pour résoudre ce meutre.

L’homicide a été violent. Les coups de couteaux (d’ailleurs l’arme semble proche d’un couteau de boucher) ont été donnés avec force, envie et détermination. Ils ont touché un organe à chaque fois ; Hugh Kristensen n’avait aucune chance de s’en sortir.


Quelques mois plus tard, le 5 novembre 2019, aux alentours de 3h du matin.
Betty Salingar erre dans les rues de Ponsville à la recherche de sa voiture. Après une soirée bien arrosée, sa démarche et son équilibre sont plus qu’approximatifs.
A cette heure-ci, la rue des bars est déserte. Elle entend du bruit dans une impasse. La logique et la prudence auraient voulu qu’elle s’en éloigne, mais son cerveau imbibé par l’alcool y emmène ses pieds… Je le sens mal.

Elle est face à un cinglée d’environ 2m. Il semble lui reprocher d’avoir mal agi et qu’elle va maintenant subir les conséquences du mal qu’elle a propagé autour d’elle.
Il la balance contre un mur et la gifle. Une fois inconsciente, il lui attache les pieds et les avant-bras, lui broyant au passage les poignets. En boitant, il la porte puis la balance à l’arrière d’un van bleu. Il se met ensuite derrière le volant et quitte l’impasse pour rejoindre la route.
Il conduit jusqu’à l’arrière qu’une boutique, y entre, dépose Betty sur une table d’examen (qui ressemble plus à une table d’opération en fait), la détache et la déshabille. La jeune femme est toujours vivante, mais inconsciente. La pauvre va subir le même sort qu’Hugh : elle est la prochaine victime du tueur du campus.

Il commence par lui injecter un produit qui la paralyse. Elle se réveille mais ne peut ni crier ni bouger. Elle ne peut qu’observer sur les étagères autour d’elle les outils de torture à la disposition de son bourreau.

Oh bon sang c’est dégueu…. Il lui coupe les bras et les jambes avec une vieille scie rouillée, puis la décapite…
Il met ensuite le “corps” dans un sac poubelle et va le déposer dans le parc Fitzgerald Kahn.


12 novembre 2019 vers 6h30.

Tony Ramirez, un éboueur qui s’était arrêté en chemin pour pisser, découvre le corps avec son collègue.

C’est la médecin légiste Eva Wayneford qui réveille le lieutenant McPherson avec son appel. L’ancienne inspectrice, chirurgienne et chroniqueuse l’informe de la découverte du sac poubelle.

Sur place, les policiers comprennent bien vite que le lieu n’est qu’une zone de dépôt : le meutre a eu lieu ailleurs.
Drucker et McPherson se demandent si c’est l’œuvre du tueur du campus. Depuis le 1er meutre en juillet, 3 autres victimes ont rejoint la liste (1 par mois donc…). Néanmoins, il les mène en bateau : pas de mode opératoire, la seule connexion entre les victimes est le fait qu’ils sont tous étudiant à l’université de Ponsville.

Dwayne et Tabita, sa femme, reçoivent Elijah à dîner. Le frère de l’inspecteur a la même carrure imposante. On apprend que le couple a perdu leur fille unique, Tamara, il y a un peu plus de 3 ans. L’adolescente s’est suicidée.

Depuis, leur couple se détériore et Tabita n’est plus que l’ombre d’elle-même. Elle rentre souvent complètement saoul, elle ne ressemble plus à la femme que Dwayne aimait (je comprends l’état dans lequel elle doit être ; la pauvre). Elle a même des idées suicidaires, voulant à tout prix rejoindre sa fille dans l’au-delà.
Dwayne aussi se bat : il n’est plus un père, plus un mari, et il se demande même s’il est encore un homme… La seule chose qu’il sait c’est qu’il est policier, mais l’affaire du tueur du campus remet aussi en doute ses compétences.

Le lendemain, Dwayne organise un briefing au commissariat. Les policiers qui enquêtent sur les meurtres du tueur du campus font le point pour tenter de trouver un lien, une connexion avec les victimes. Ils reparlent de chacune d’elles, de la façon dont elles sont mortes (j’ai l’impression que plus le tueur avance dans les meurtres, plus les victimes sont mutilées). Pour le moment, ils en arrivent aux conclusions suivantes :

  • Les victimes étaient toutes des étudiants de l’Université
  • Elles avaient moins de 25 ans
  • Il ne s’agit pas d’un crime racial.
  • Le tueur n’apparaît jamais sur les vidéos de surveillance, comme s’il savait où elle se trouve… Peut-être qu’il travaille pour la municipalité ?
  • Il fait une victime par mois, cela signifie qu’il leur reste environ 17 jours pour le coincer.

Pour espérer avoir des réponses, les policiers vont retourner sur place pour fouiller de nouveau les lieux et interroger les voisins. Drucker va aller parler au Président de l’université. McPherson et Eva vont, quant à eux, aller discuter avec les parents de Betty pour tenter d’en savoir plus sur la jeune femme.Comme le dit la médecin légiste, ils tournent en rond depuis 4 mois. Ils doivent laisser toutes les autres affaires de côté et se focaliser sur le meutre de Betty. Ils trouveront peut-être de nouvelles pistes.

Mon instinct me dit que le tueur est Elijah :/ Pour le moment, on n’en sait pas plus sur Tamara. Imaginons un instant qu’elle était étudiante. Peut-être quelle était harcelée et que ça l’a poussé au suicide ? Dans ce cas, son oncle tuerait par vengeance ? Ils s’en prendraient à tous ceux qui lui ont fait du tort ?

Eva et Dwayne se rendent chez M. Et Mme Salinger, les parents de Betty.
Dans la somptueuse demeure, un premier détail retient l’attention de l’inspecteur : des trophées au nom de Betty sont exposés. Elle semblait être une jeune fille accomplie, parfaite, trop parfaite

Les parents de Betty ne savent pas grand-chose de la vie de leur fille depuis qu’elle a quitté la maison. Néanmoins, ils connaissaient 2-3 trucs grâce aux réseaux sociaux. Le compte Instagram (public) de leur fille compte plus de 20 000 abonnés.

La jeune femme n’a présenté qu’un seul petit ami à ses parents. Elle a rompu avec lui 2 ans et demi plus tôt. Il s’agissait de Hugh Kristensen.

Apparemment, les autres victimes n’avaient pas de compte public sur les réseaux sociaux… Néanmoins Dwayne demande à Eva de voir avec les experts numérique pour creuser un peu le profil de Betty.

Chris Drucker se rend sur le campus en début d’après-midi. Habillé en civil, et, malgré son âge, il se fond parfaitement dans la masse des étudiants.

Il se rend à son rendez-vous avec le président Terrence Maya. Celui-ci a invité un homme, Jerry Becker, à assister à l’entretien. Jerry est un intervenant de l’université et un magnat de la finance. Cela dit, il traîne dans des combinés louches, mais son statut lui a toujours permis d’éviter les ennuis.

Chris leur dit le nom de leur victime sans savoir si elle était connue du président ou non. Terrence se montre vraiment peiné : ils connaissaient Betty et ses parents. La jeune femme s’investissait beaucoup dans l’université et son père, à l’aise avec les ordinateurs, avait travaillé pour eux durant 2 ans.
Néanmoins, même si Betty était connue dans l’établissement, elle ne semblait pas avoir beaucoup d’amis.

Betty passait beaucoup de temps avec la fille de Jerry, Élisa et avec une certaine Sarah Willow quand elles étaient plus jeunes. Mais Becker ne sait pas si c’était encore le cas. Chris va donc les interroger.

Quand le policier demande au président si Betty avait des ennemis, Becker répond pour lui. Ils cachent quelque chose, je le sens…

Dans le courant de l’après-midi, Dwayne va a un rendez-vous personnel : une réunion des alcooliques anonymes. Même si ce n’est pas lui qui boit mais sa femme, raconter son histoire devant des inconnus lui fait du bien.

Sa fille s’est suicidée avec son arme de service, une balle en pleine tête, alors que son père était parti courir. Personne ne s’était rendu compte du mal-être de Tamara.


Fiou ! Gros flashback. Nous sommes le 6 février 1999 en fin d’après-midi.

On a eu un aperçu du caractère de Jerry Becker lors du rendez-vous avec le président de l’université. Ici, on assiste à une scène entre lui et Berverley Laïka, une femme dont l’homme d’affaire a volé et ruiné la famille. Elle vient le confronter.

Jerry la prend de haut et la traite comme un objet, comme un jouet. Pour lui, les femmes ne sont que de la distraction. Il fait comprendre à Beverley qu’il a autre chose à faire que de l’écouter. Quand la femme l’empêche de refermer sa porte, il n’hésite pas à la gifler violemment pour la faire reculer…

Elisa, la fille de Becker, assiste à tout ça de loin. Elle avait 6 ans à l’époque. Rassurée par les paroles de son père qui lui dit que ce n’était rien, elle lui propose une partie d’échec. Cette fois, elle est certaine de le battre. Cependant, son père est bien plus doué à ce jeu qu’elle. Mauvaise perdante, Élisa perd son sang froid à la fin de la partie et envoie les pièces de l’échiquier valser contre le mur. Même son père est surpris de son geste.

En colère, Jerry donne une énorme gifle à sa fille. Puis, alors qu’elle est transi de peur, il l’invite à venir se blottir dans ses bras.

Jerry Becker est un pervers narcissique qui sait parfaitement manipuler les gens, y compris sa propre fille…

Rongée par les remords et ne sachant comment se sortir de la spirale dans laquelle elle s’est mise, Berverley se donne la mort (tout ça à cause de Becker 😮 )


Retour dans la nuit du 13 novembre. Eva Wayneford se rend au restaurant-bar Flanagan pour interroger les personnes présentes concernant Betty.

Elle commence par discuter avec Davy, l’un des serveurs du bar qui est aussi un ami (et un indic).

Betty était une habituée du bar. La semaine précédente, elle était bien présente le lundi et le mardi. D’ailleurs, le dernier jour, elle était vraiment éméchée (enfin, ça, on le savait ^^). Il donne à Eva le nom des hommes avec qui Betty a dansé. Même si son ami lui affirme qu’ils sont sans histoire, la médecin légiste veut vérifier.

En sortant du bar, Eva contacte Marthy Moore en lui demandant de se renseigner sur les 3 hommes et de vérifier leurs alibis dès le lendemain. Les pistes de leur enquête sont faibles ; ils ne doivent négliger aucun détail.

Le lendemain matin, le procureur Owls a organisé une conférence de presse. Même si tout a été prévu pour qu’il n’y ait pas de débordement, on sent bien que cette présentation met un coup de pression à McPherson et son équipe.

Le capitaine Damien Wolfe rappelle les faits et dresse un portrait robot du tueur : un homme, entre 25 et 50 ans, plus d’un mètre quatre-vingt et musclé. Évidemment, il rappelle que la police est toujours à leur disposition si quelqu’un a de nouveaux éléments pour faire avancer leur enquête.

Dans le courant de l’après-midi, Drucker et McPherson vont interroger Élisa et Sarah, d’anciennes amies de Betty.

La fille Becker ne veut pas coopérer. En revanche, Sarah oui. Elle parle aux policiers d’Henry. Devant les autres, lui et Hugh paraissaient comme de très bons amis, mais en réalité, leur relation s’était détériorée quand ils s’étaient battus pour Betty.

A un moment, Élisa répond aux inspecteurs et leur parle de David Boski. Sarah et elle sont amies depuis l’enfance. Depuis qu’elles sont petites, elles vouent une fascination pour les crimes et les tueurs en série.
Depuis le meurtre de Hugh en juillet, les 2 amies ont fait des recherches, ont traqué le meurtrier avec les moyens à leur disposition.

Boski est sorti de prison en mai après une peine de 50 ans pour l’assassinat de 2 étudiantes qu’il a ensuite donné à manger à ses chiens. Il est venu s’installer à Ponsville à sa sortie de prison. Néanmoins, comme le souligne Dwayne, aucune preuve ne lui permet d’aller interroger ce Boski.

Sentant que l’entretien tourne en rond, les 2 inspecteurs prennent congé.


Nouveau flashback  2 ans plus tôt, le 6 février 2017, au beau milieu de la nuit.

Jerry Becker est dans une chambre d’hôtel avec une jeune étudiante. On sent tout de suite qu’il ne sont pas là pour faire du tricot…

Je pense que l’auteur essaie de détourner notre attention : en mettant en avant Becker comme ça, on lui donne de l’importance. Cela dit, je suis quasi sûre que ce n’est pas lui l’assassin… Je pense même qu’il va finir par devenir une victime.

Une fois encore Becker a manipulé quelqu’un pour arriver à ses fins. Pour un homme comme lui, c’est tellement facile de mettre ses étudiantes dans son lit. Mélissa est tombée dans le panneau… Mais elle ne peut rien dire. Si elle porte plainte, si elle en parle, si elle le fait tomber, elle tombera avec lui. Si l’université venait à entendre parler de sa tricherie (échanger du sexe contre une bonne note), elle se ferait renvoyer à coup sûr. Elle est piégée…

Hum… A la fin du flashback, Mélissa se promet de le faire tomber et elle part en trombe en voiture… Est-ce qu’on va la revoir plus tard ?


Dans la matinée du 15 novembre. Marty a vérifié les alibis des 3 hommes du bar. Ils sont clean. De son côté, Becker a creusé du côté de Boski et, les inspecteurs vont aller l’interroger pour être sûr de ne passer à côté d’aucune piste.
La médecin légiste quant à elle va écouter la conversation qu’ont eu les hommes avec Élisa et Sarah.

Quand il voit les policiers débarquer, Boski prend la fuite (je ne comprendrai jamais pourquoi tu fuis si tu n’as rien à te reprocher…). Malheureusement pour lui, Dwayne l’avait anticipé et avait posté Marty à l’arrière :).

Oh la vache, je ne l’ai pas vu venir 😮 Alors que David donne l’impression d’être un vieillard, il se rue sur Moore, le désarme puis lui défonce le crane avec une brique. Le policier s’écroule, la tête ensanglantée. Pendant ce temps McPherson et Drucker sont toujours devant la porte d’entrée, ils ne se doutent de rien.
Quand les 2 hommes se rendent compte de la fuite de Bosky et retournent auprès de Marty, celui-ci s’est vidé de son sang et ne respire plus. Il est mort.
Après que le quartier soit bouclé et blindé de flics, l’homme se rend et est immédiatement arrêté.

Même s’il a tué un policier, je sens que ce n’est pas lui le tueur du campus. Je trouverai ça beaucoup trop facile si c’était le cas.

McPherson est du même avis que moi concernant Boski. En revanche, il pense qu’Henry Dodge pourrait leur apprendre des choses…  D’ailleurs, il avoue à Eva qu’il pense qu’Elisa Becker est aussi de mèche avec le meurtrier. La piste de Boski leur a été soufflée par la jeune femme et, depuis le début, Dwayne a l’impression qu’elle protège Henry…

Fiou… J’ai l’impression que le livre s’accélère ; on a souvent des flashback, les chapitres sont courts ; ça renforce l’idée que les policiers jouent une course contre la montre.


Nouveau flashback. Cette fois, nous sommes début mai 2012, et je sens qu’on va en apprendre plus sur Tamara, la fille de Dwayne et Tabita.

Adolescente à l’époque, la jeune fille part en randonnée avec son père et son oncle. Les paysages ont l’air sublimes, ils en ont tous les 3 pleins les yeux. Néanmoins, tout au long de cette excursion, je me sens mal à l’aise Le comportement d’Elijah envers sa nièce me dérange, je me trouve malsain, déplacé. J’ai l’impression qu’il la regarde et la traite avec plus d’amour qu’un oncle devrait en avoir pour sa nièce :/

Tout ça confirme mon hypothèse concernant le tueur du campus. Je reste persuadée qu’il s’agit d’Elijah.


Retour à notre enquête. Henry Dodge va être interrogé par Eva et Dwayne. Il est grand, musclé, et boîte (hum… comme la personne qui a attaqué Betty).

Même si beaucoup de preuves l’accablent, pour McPherson, Henry n’est pas le tueur (et je suis carrément d’accord avec lui). Néanmoins, pour Éva un truc cloche : tout comme Élisa et Sarah, elle sent que le jeune homme leur cache quelque chose. Pour elle, ils ont tous un jour été amis, mais ce n’est plus le cas à présent.


Flashback,9 janvier 2016. Comme par hasard ! Sarah, Betty et Tamara passaient souvent des soirées entre copines chez Élisa ! Ma théorie tient de plus en plus la route !

Tamara a rejoint le groupe un mois plus tôt, et depuis elle ne le quitte plus.

D’après Betty, Henry se serait confié à Hugh et lui aurait affirmé que Tamara lui plaisait. Betty veut jouer les entremetteuses entre ses 2 amis.

Et voilà, les problèmes commencent… Élisa fait sortir Betty et Sarah. Elle demande ensuite à Tamara si elle est vierge, ce que confirme la jeune femme. Elle lui dit qu’ils vont arranger ça : Henry est plutôt canon en plus. Sauf que la fille de McPherson ne l’entend pas de cette oreille. Elle ne veut pas se précipiter pour sa première fois.
Tsss… Élisa est une vraie peste. Elle manipule Tamara. Je suis certaine qu’ils vont lui faire un sale coup et que c’est ça qui va la pousser au suicide…


Nous sommes le 17 novembre 2019. Le temps file. Il y a de fortes chances que le tueur fasse une nouvelle victime dans moins de 2 semaines.

Dwayne interroge David Boski, qui est l’homme à abattre par une majorité de policier, dont Chris Druker qui aimerait venger la mort de son ami… Ce dernier assiste à l’interrogatoire. J’espère qu’il ne va pas perdre son sang froid comme ça a été le cas avec Jerry.

Ah bah comme je le craignais, Chris passe ses nerfs sur David quand celui-ci affirme qu’il n’est pas le tueur du campus. Dwayne le laisse secouer quelques instants Boski puis lui demande de se calmer ou de sortir, ce qu’il fait, laissant son collègue seul avec le prisonnier.

Quand McPherson lui montre une photo du cadavre de l’officier Morty, Boski tombe de sa chaise et convulse. Aux urgences de l’hôpital, les médecins le placent dans le coma ; ses chances de survie sont minces et, s’il survit, ça sera un légume. Ce n’est pas le tueur en série qu’ils recherchent.

Dwayne demande à Drucker de se retirer de l’affaire, de prendre du repos. Avec ce qu’il s’est passé avec son ami, il a besoin de prendre du recul, de se retrouver.

L’inspecteur décide d’aller interroger de manière non officiel Jerry. Connaissant ses habitudes, il le rejoint dans un restaurant italien (en public afin que l’homme d’affaire ne crée pas de problème).

Jerry est prêt à aider mais à sa manière. Il refuse d’épauler le policier, mais j’ai la sensation qu’il va utiliser son réseau pour tenter de dénicher des informations. Quoi qu’il en soit, et comme je le pensais, il affirme n’y être pour rien dans ses meurtres (et je le crois).

Le lendemain, un article consacré au tueur du campus paraît dans le journal. Il remet clairement en doute les compétences de la police et du procureur. Je sens que ça va se retourner contre Dwayne et son équipe…

Ah bah ça ne traîne pas, l’inspecteur se fait remonter les bretelles au téléphone par son supérieur.
Même si ça agace Dwayne, son plan est en marche. Il prend des risques. En interrogeant Henry et Jerry, il savait que ça allait faire parler. Il veut essayer de faire sortir le tueur, de lui faire commettre une erreur, tout en prenant le risque qu’il sorte de ses habitudes.

Dwayne en discute autour d’une bière avec Chris, dans un bar. Bien vite, ils sont rejoints par Elijah qui prend part à la conversation. Décidément, rien ne m’enlève de l’esprit que c’est lui l’homme qu’ils recherchent, même les remarques qu’il fait :/ Puis la façon qu’il a de glaner des informations sur l’enquête. Son frère pense qu’il s’intéresse à son job, mais j’ai l’impression qu’il essaie de savoir s’il doit ou non se méfier. Sans oublier sa réaction (“songeur“) quand il a fini de lire un article qui parle du tueur du Golden State que la police a mis une quarantaine d’années à trouver. Oui, je suis sûre que c’est lui…

Les jours passent. Chris Drucker surveille Henry Dodge depuis plusieurs jours, mais ce soir du 22 novembre, il se passe quelque chose.

L’inspecteur s’absente une dizaine de minutes le temps de chasser un chat qui allait révéler sa présence et d’aller acheter un hamburger et des frites.

Quand il revient, Henry est à la fenêtre et semble cracher du sang dans un mouchoir. Il a l’air dans un état second. Quand il tombe à la renverse, Chris se décide à intervenir.

Alors qu’il s’apprête à sortir du véhicule, un homme l’assomme et le drogue en lui plantant une aiguille dans le coup. Il réinstalle l’inspecteur sur le siège du conducteur et éponge son front.

Maintenant que le champ est libre, le tueur peur aller s’occuper d’Henry. Il a mis du poison dans sa bouteille d’eau et le liquide le tue à petit feu. Le tueur du campus a l’intention de profiter du spectacle et de laisser le jeune homme mourir dans d’atroces souffrances, mais ça ne dure pas longtemps.
Une fois Dodge mort, le tueur du campus l’émascule.

Hum… Si on se dit que le tueur est Elijah qui venge Tamara, ça ne serait pas idiot de penser qu’Henry l’a violée ? Ça expliquerait le geste du tueur.

Pour narguer encore plus la police, le tueur du campus appelle lui-même le lieutenant McPherson pour lui signaler son crime. Il lui avoue également que tout ça va bientôt prendre fin, qu’il arrive au bout de sa vengeance.

Quand Dwayne arrive chez Henry, Chris est toujours endormi dans la voiture. La scène du crime est horrible : Dodge gît dans un marre de sang. Il a été émasculé et son pénis ainsi que ses testicules lui ont été enfoncés dans la gorge.

A côté du corps, le tueur a laissé 6 cartes : 3 d’entre elles représentent les photos de Hugh, Betty et Henry. Sur les 3 autres, ce sont des points d’interrogation. Dwayne comprend alors que les étudiants tués entre les meurtres de Hugh et Betty n’étaient que des leurres pour brouiller les pistes.

Si on suit ma logique de vengeance, les prochains seront Sarah, Élisa et probablement Jerry. Chacun d’eux doit avoir un rapport dans la mort de Tamara.

Dwayne a suivi le conseil de Chris et a pris un jour de repos pour réfléchir à la suite des événements.

Une dispute éclate entre lui et sa femme. Il trouve alors refuge chez son amie Eva et, alors qu’elle le réconforte, la situation dérape.

Une fois apaisés, leurs esprits reprennent le chemin de l’enquête. La médecin légiste a la même vision que moi sur la punition du tueur vis à vis d’Henry. Il a certainement violé quelqu’un.
Dwayne sent que la clé de tout ce mystère se trouve du côté des Becker. Il va aller chez le procureur Owls pour avoir un mandat.

Bon bah j’avais raison. Ils sont tous impliqués dans quelque chose qui concerne Tamara. Il s’est passé quelque chose et Élisa est allée demander de l’aide à son père. Même s’il n’y a pas directement participé, il est au courant de tout.
Et si Tamara ne s’était pas suicidée ? Et s’ils l’avaient tué ?

En tout cas, Sarah et Élisa (qui ne sont pas encore au courant qu’Henry est mort) se disent qu’elles doivent être prudentes.

Sur le chemin du retour , Sarah se fait renverser par un van (on sait que c’est le tueur). La force du choc la tue sur le coup.

Il n’en reste plus que 2…

McPherson appelle Jerry Becker pour lui dire qu’il pense sa fille en danger. Becker range alors sa fierté et demande au policier une surveillance pour protéger sa fille.


Début juillet 2015. Je sens qu’on va savoir ce qui est arrivé à Tamara.

Ah bah non… On assiste juste à un début d’après-midi où Tamara passe du temps avec son oncle. On apprend néanmoins qu’Elijah est vétérinaire. Facile pour lui de se procurer un anesthésiant pour cheval, le même qu’a reçu Betty avant de mourir…

Un peu plus tard, au refuge où il travaille, Elijah embrasse Tamara. Par un baiser de parents à enfant, un vrai baiser de couple. Ça met mal à l’aise la jeune femme qui s’éclipse rapidement.

A partir de cet instant, Tamara prend ses distances avec son oncle. Jusqu’alors, ils se voyaient toujours sans son père et sa mère. A présent, elle évite de se retrouver seule dans une pièce avec lui.


Retour à l’enquête.
Après une négociation ardue, McPherson obtient un mandat du procureur Owls pour la maison de Becker et l’appartement de sa fille.

Après avoir fouillé l’appartement d’Elisa, les policiers sont chez Jerry. Ce dernier donne 10 minutes à Dwayne pour interroger sa fille. Malheureusement, Élisa ne peut rien lui dire sans causer sa perte et celle de son père. Alors elle se terre dans un mutisme.

Quand les policiers quittent son domicile, Jerry sait qu’il ne s’agit que d’une question de temps avant qu’il ne découvre tout ; son futur s’assombrit. Et ce qui va causer sa perte c’est la décision qu’il a prise de couvrir sa fille. Il s’est aperçu le 8 mars 2016 qu’elle était devenue un monstre, comme lui, quand il l’a couverte concernant le viol de Tamara… (la vache j’avais raison !).


Retour cette soirée du 8 mars.

Pendant que Betty, Sarah, Élisa et Tamara discutent dans le salon, Henry et Hugh jouent au billard de l’autre côté de la pièce. La jeune McPherson se sent en confiance dans ce groupe. Elle qui a souvent été seule et qui est d’une timidité maladive a enfin un sentiment d’appartenance.

Elisa a une idée en tête. Ce soir, elle va forcer Tamara à perdre sa virginité, même si cette dernière n’en a pas du tout envie. Elle invite les garçons à les rejoindre et lance le jeu “action ou vérité“.

Alors que les premiers gages sont gentillets, quand c’est au tour d’Henry, Hugh lui demande de se déshabiller et de passer le reste de la soirée à poil. Bon joueur, Henry s’exécute.

Une fois le jeu terminé, Élisa expose son plan à Henry. Même s’il ne veut pas forcer Tamara à quoi que ce soit, l’idée l’excite malgré lui. Il la rejoint sur le canapé (toujours nu). Mal à l’aise la jeune femme se lève. Elisa la gifle alors violemment, la faisant tomber (elle agit exactement comme son père…). Maintenue par les poignets par Élisa, Tamara se retrouve nue face à Henry. Ce dernier la pénètre violemment, enchaîne les va et vient puis se retire pour éjaculer sur son ventre…

Elisa appelle ensuite son père. Ce dernier fait partir ses amis, leur donne une version de la soirée. Il envoie ensuite Tamara se doucher pour effacer toute traces du viol. Il manipule ensuite Tamara. Il essaie de lui imprimer dans le crâne une version de ce qu’il s’est passé (elle a trop bu, a chauffé Henry et ils ont couché ensemble), puis une version ‘officielle” qu’elle devra raconter si on lui demande ce qu’elle a fait ce soir (elle était au cinéma).

Malheureusement pour Jerry, quelqu’un suit Tamara comme son ombre depuis 6 mois. Elijah ne la quitte pas. Il a donc vu tout ce qu’il s’est passé. Néanmoins, au vue des sentiments qu’il éprouve pour sa nièce, il ne peut pas prévenir la police (il devrait justifier sa présence dans le jardin). Alors il assiste à la scène en silence, en souffrant. A partir de ce jour, il n’a plus qu’un idée en tête : la venger.


7 mois plus tard, Elijah reçoit une lettre de Tamara. Oh bon sang, c’est une lettre d’adieu. Elle lui dit qu’il l’a aidée à creuser sa propre tombe. Elle lui raconte ce qu’il s’est passé à la fête (sans dire de noms), lui dit que ces jeunes l’ont tuée, tout comme lui, et, qu’à travers cette lettre, ce sont ses dernières paroles.

Quelques minutes plus tard, Tabita l’appelle pour lui annoncer la mort de Tamara. On revit alors la scène de son suicide et les heures, semaines, mois qui ont suivis. On découvre ainsi comment Elijah a commencé sa vendetta.


28 novembre en fin de matinée. Elijah guette Élisa. C’est sa prochaine proie. Cependant, même si son père est sortie, la jeune femme n’est pas seule : un policier patrouille dans la maison.

Se faisant passer pour une défendeur de la protection animale en quête de dons, Elijah arrive à forcer l’entrée dans la maison. Il neutralise le policier en lui cassant le nez et kidnappe Élisa à moitié assommée.

Elijah la retient prisonnière. La solitude, l’enfermement, le manque de lumière détruisent psychologiquement la jeune femme qui perd toute notion du temps et devient folle. Sa tête débloque et son corps ne va pas bien non plus.

Elijah dévoile à Élisa pourquoi elle est là et lui dit que son père sera le prochain de sa liste. Il lui colle ensuite une balle en pleine tête.

Le tueur envoie un message à son frère lui disant qu’ils doivent se retrouver le soir -même dans un parc, que c’est important.

Elijah dévoile à son frère qu’il est le tueur du campus.Dwayne ne reconnaît plus son frère. Il était vraiment devenu un meurtrier qui prenait du plaisir à tuer. Quand Elijah met la main dans la poche intérieur de sa veste, Dwayne a le réflexe de lui tirer dessus. 2 balles. Mortelles. Il prend alors le papier que son frère avait sorti de sa poche. Celui-ci contient l’adresse du refuge dans lequel il travaillait.

Au refuge, il découvre le corps d’Elisa et, posée sur ses genoux, une lettre de son frère qui lui est adressée. Elijah lui raconte tout : ce qu’il éprouvait pour Tamara, le baiser, le viol. D’ailleurs, son aîné a laissé, sur les genoux d’Elisa, délicatement posée et protègée pour ne pas être recouverte de sang, une photo du viol de Tamara.

Dwayne a appelé Chris Drucker et lui a demandé de venir avec Eva et 2 officiers. A leur arrivée, ils observent le corps et donnent leurs premières conclusions. McPherson leur donne ensuite la lettre d’Elijah. Chris a du mal à croire qu’il s’agisse du tueur du campus.

Becker n’est pas au courant de l’enlèvement de sa fille, et, pour le coup, il est coupable et victime.
Dwayne et Chris décident d’aller chez lui pour l’appréhender dès qu’il rentre.

Une dizaine de jours plus tard, Jack Fisher, un ancien membre du FBI aujourd’hui consultant privé a été contacté par la police pour questionner Jerry.

Ce Fisher est un génie ! Tout en gardant son calme et en restant cordial, il arrive à faire avouer à Jerry son implication dans le viol de Tamara et, d’une certaine façon dans son meurtre.

Mine de rien, j’ai l’impression que toutes ces révélations aident Tabita à faire son deuil. Elle retrouve un peu de douceur envers son mari et ils vont pouvoir tenter de recoller les morceaux.


C’est le soir du réveillon de noël. Au pénitencier de Bridgestone, Jerry Becker vient d’être poignardé à mort par un autre détenu, Ismaël Laïka (dont on a découvert le suicide dans un flashback)

[fermer]

En conclusion

Je suis ravie d’avoir découvert ce livre. La couverture ne paie pas de mine, le titre n’est pas aguicheur. Pourtant, quelque chose m’a donné envie de lire ce livre et je ne suis pas déçue.

Chaque chapitre est horodaté, ce qui fait qu‘on a vraiment l’impression de faire partie intégrante de l’équipe chargée de l’enquête. On suit leurs réflexions, leurs investigations. C’est vraiment plaisant et, à mes yeux, dynamique.

Régulièrement, on se retrouve avec un chapitre flashback qui nous permet de mieux cerner un personnage ou encore de mieux comprendre la relation entre 2 personnes. D’ailleurs, plus tu avances dans le livre et plus les flashback sont nombreux. Ça donne un côté “le dénouement est proche“, une sorte de tension dans le cours de ta lecture.

Je sais que ce livre m’a plu parce que j’étais pressée de les retrouver pour connaître la suite de l’histoire, pour découvrir la résolution de l’enquête, même si, dès les premiers chapitres, j’avais deviné l’identité du tueur et la raison de ces crimes. (ce n’est plus le cas avec la nouvelle version du livre)

Cette lecture a donc été une bonne surprise pour moi et j’ai passé un bon moment 🙂

Le format numérique de ce livre  est disponible gratuitement sur Kobo et fait un peu moins de 250 pages. Le livre fait un peu plus de 300 pages, mais il se lit hyper rapidement. N’hésite pas à le découvrir.

Où le trouver ?

Le livre est disponible gratuitement sur sur :

Commentaires en cours de chargement...