Couverture du premier tome de la saga Alécanthia de Sophie Owl

Les cristaux de la destinée – Alécanthia (T.1)

posté le 28 août 2021

Couverture du premier tome de la saga Alécanthia de Sophie Owl

Ecrit par Sophie Owl

« Xortius ne fut repoussé qu’après beaucoup de morts et de disparitions inexpliquées. Qui aurait cru que, des décennies plus tard, le monde réussirait peu à peu à se reconstruire. Mais sans l’harmonie des temps passés.

Plus rien ne serait jamais comme avant.

Sauf si… »

Eïmina n’a que 18 ans lorsqu’elle apprend qu’elle est promise à un destin bien plus grand qu’elle ne l’avait imaginé. Devenue l’Élue, c’est sur ses épaules que repose à présent la vie de son peuple.

Face aux dangers et à l’armée de Xortius, un magicien banni, elle devra parcourir les terres de ses ancêtres et obtenir l’aide des elfes, des nains et des autres communautés magiques.

Parviendra-t-elle à sauver son peuple de la menace qui pèse sur lui ?

Date de parution : Avril 2018

Pourquoi j'ai eu envie de le lire ?

Ma soeur et moi connaissons Sophie depuis de nombreuses années : nous l’avons « recontrée » sur un forum. Quand elle nous a parlé de son livre, le résumé nous a plu et c’est tout à fait le genre de lire que nous aimons lire. Ni une ni deux, nous l’avons commandé. C’est ma soeur qui l’a lu en premier et qui l’a dévoré (elle ne m’en dit que du bien d’ailleurs). De mon côté, je ne lisais plus à cette époque. Mais là, avec le blog, je m’y remets et il est temps que je découvre le monde d’Alécanthia.

Ce que j'en ai pensé

Le gros avantage des formats papier, c’est que tu peux facilement revenir en arrière. Pourquoi je fais cette remarque ? Parce qu’au début du livre, tu as 2 cartes qui te permettent de situer où tu te trouvés dans l’histoire. Il s’agit des cartes d’Alécanthia et de Maïstilys.

Au fil de ma lecture

Ne pas ouvrir si tu as l'intention de lire le livre

L’histoire commence sur un prologue et plus précisément lors d’une fête à Palasthia. Sur le continent d’Alécanthia, tout le monde vit en harmonie, magiques comme non fantastiques. Personne ne semblait au-dessus des autres si ce n’est Dame Nature.

Dès le début, les gens auraient dû se douter qu’il allait se passer un truc grave : c’était un soir de lune rouge…

Tous les Érudits et leurs Apprentis sortent sur le balcon d’une des tours du palais. Tous semblent ravis d’être là, sauf Xortius, le disciple de Grofus. Comme chaque année pour la fête, les Érudits préparent un spectacle avec leurs Apprentis pour montrer leur talent. On sent tout de suite que Xortius ne veut qu’une chose : le pouvoir. En plus d’avoir un regard méprisant sur les autres, il veut montrer à tous sa supériorité magique, peu importe les conséquences, mettant en danger la vie de tous.

Hannn les montures des Chevaliers *_* Dragons, licornes, phénix, pégases, une chimère ! Les Érudits ainsi que les Chevaliers ont pour missions de protéger le peuple d’Alécanthia.

Mine de rien, le début me fait revenir des souvenirs des Chevaliers d’Emeraude, saga d’Anne Robillard que j’avais beaucoup aimée.

Le comportement de Xortius n’est plus tolérable. On décide donc de l’exclure de sa formation d’Érudit. L’ex apprenti se sent rejeté par cette décision et essaie d’acheter des maîtres et leur disciples. Tous ceux ne le suivant pas sont soit exécutés, soit transformés en bestioles. Son pouvoir grandissait (il faut dire que l’énergie vitale des créatures enchantées qu’il sacrifiait l’aidait). Il apprend à contrôler l’esprit et l’âme humaine. C’est ainsi qu’il lève une armée : l’Armée Noire. Tout le monde a peur de lui, et personne ne semble de taille à le combattre (son armée fait le taff et lui ne s’occupe que des plus redoutables adversaires).

Le chaos, la peur et le malheur frappent de plein fouet les créatures magiques. 

Bien des décennies plus tard, Xortius est repoussé. Alecanthia se reconstruit peu à peu, mais l’harmonie de jadis n’existe plus.


Partie 1 : Illusion

Nous allons suivre les aventures d’Eïmina, une jeune femme de 18 ans, blonde au yeux violets (je doute qu’elle soit humaine). Elle vit avec ses « parents adoptifs », Ran et Tisna. Deux ans plus tôt, alors qu’elle était sortie, sa maison avait été ravagée par la flamme et ses parents y avaient péri. Avant de mourir, sa mère lui avait dit qu’elle était promise à un fabuleux destin et qu’elle ne devait laisser personne prendre de décision a sa place. Depuis ce jour, Mina se demande si l’incendie était accidentel ou non et ce qui l’avait causé.

Eïmina est quelqu’un d’altruiste qui vient sans hésiter en aide à ceux qui en ont le besoin. C’est exactement ce qu’il se passe avec Tilo, un petit lutin qui se fait malmener par 3 voyous.
Après l’avoir sauvé des garçons, elle le raccompagne chez lui, chez l’épicier Blau, qui habite dans le bourg de Cazbellec où tout le monde connaît tout le monde.
Le lutin et l’épicier sont inséparables depuis que, des années auparavant, ce dernier est venu en aide à Tilo en le sauvant des griffes de garçons (tout comme l’a fait Mina un peu plus tôt). C’était pendant la guerre d’Alécanthia.

Blau raconte à Eïmina l’histoire de la guerre de leur monde. On apprend ce que sont les fraternels (2 personnes vivantes unies par un lien indéfectible ; ce que l’un ressent, l’autre le perçoit aussi), mais aussi qu’à cause de Xortius, beaucoup d’espèces magiques ont disparu. On découvre également que les parents de Mina étaient des espions pour les Érudits (avant leur dissolution) et qu’ils avaient pour mission d’enquêter sur Xortius. C’est d’ailleurs ce dernier qui a commandité leur mort (le feu n’était donc pas accidentel…). Il lui dit ensuite que Xortius n’est pas mort et que si l’on n’entend pas parler de lui en ce moment, c’est probablement parce qu’il prépare quelque chose. Enfin, Blau et Tilo lui parlent d’une vieille légende (enfin… la moitié de celle-ci…). Un être d’une pureté rare sera capable de rétablir l’équilibre à Alécanthia. Ils pensent tous les 2 que cette Élue est Eïmina.

Même si elle a du mal à y croire, la jeune femme feuillette un livre sur les êtres mythologiques, elle cherche quelles races pourraient lui venir en aide si elle en avait besoin. Son choix se porte sur les elfes, les nains et les licornes. Voulant s’essayer à la magie « pour voir », Mina réussit à lancer un sort (et plus que bien) sous l’œil stupéfié de Blau et Tilo. Il semblerait que dans l’Alécanthia actuelle, peu de personne soit capable d’utiliser la magie.

De retour chez elle, une annonce de ses parents adoptifs (qui veulent la marier) lui donne le courage nécessaire pour partir à l’aventure.

Elle commence son voyage par le Chemin de l’Ubiquité, le petit sentier qui quitte le village de Cazbellec et qu’il faut prendre pour traverser une forêt afin de se rendre à Clypsodia, la première destination de Mina.
Le chemin n’est pas de tout repos et joue avec elle… un peu comme le labyrinthe d’Alice au Pays des Merveilles. Finalement, suivant les conseils de Blau, elle observe chaque sentier avec attention et laisse la nature la guider. A un carrefour, elle croise un homme, Owney, qui est un vieil ami de l’épicier à qui elle devait remettre une lettre. Guidés par des feux follets, ils sortent tous les deux de la forêt et arrivent à Clypsodia où ils franchissent les remparts de la citadelle.

Hum… Je sens qu’il va y avoir un rapprochement entre les 2 jeunes gens. Ils n’ont que quelques années d’écarts et semblent bien s’entendre :p

Oh ! Bizarre ! Eïmina a rêvé d’un dragon, et dans le chemin de l’Ubiquité, elle a été attirée par une « pierre » qui dégageait de la magie et qu’elle a emmenée. Il s’agit en fait d’un oeuf de dragon 😮 C’est comme si le dragon l’avait appelée non ? Ce serait son fraternel ? ^^ Ah bah c’est ce que lui dit Owney ^^ Au lieu de faire des pause pour noter ce que je pense n’importe quand, je devrais attendre d’avoir fini un chapitre =)

Oh :/ Elle quitte Owney. Peut-être qu’on le reverra plus tard.
Avant son départ, son hôte lui remet une carte d’Alécanthia et une fiole contenant le cri de la nature. En cas de danger, elle pourra l’utiliser pour avoir de l’aide. Mais attention, la fiole est à usage unique. Owney lui conseille également de bien cacher son dragon, que l’œuf ait éclos ou non. Si Xortius apprend son existence, il voudra s’en emparer pour lui voler sa force vitale.

A présent, en route pour la Forêt de l’Oubli, au nord de Clypsodia. Sur le chemin, elle rencontre Sviden qui chante une chanson qui dit qu’il est mi-homme, mi-elfe et qu’il attend l’élu pour le protéger. Wah ! Le destin !
Bon eh bien Sviden et son fraternel, Otac, un ours brun, rejoignent l’aventure de Mina :p

L’elfe lui apprend que dans la Forêt de l’Oubli se trouvent 3 nymphes. Celles-ci testent le cœur des voyageurs et, s’il est pur, leur viennent en aide. Il ne doute pas que celui d’Eïmina le soit. Les nymphes l’aideront dans sa quête (même si sa quête est la vengeance de la mort de ses parents ? Cela dit, c’est pour éliminer Xortius qui est un danger pour tout le monde…).

Hum… l’Armée Noire est de retour. Est-ce que Xortius aurait senti la magie de Mina et aurait envoyé ses sbires à sa poursuite ? En tout cas, la jeune femme a terrassé le groupe en transformant 4 des 5 soldats en lézard. Otac s’est occupé du dernier en l’assommant :p
Sviden le ligote et décide de l’emmener avec eux dans la Forêt de l’Oubli. Mais pour le moment, il faut attendre qu’il reprenne connaissance et que la jeune femme retrouve des forces (le sort l’a épuisée).

Oh bah mince alors ! Le test des nymphes commence ! Alors qu’ils progressent dans la forêt, Sviden et Eïmina entendent des cris. Une petite ourse est la proie d’une gigantesque harpie. Après avoir étudié la situation, Mina bondit sur l’animal pour la sauver des griffes de la créature. Cette dernière fonce sur la jeune fille qui esquive au dernier moment. Alors la harpie disparaît, laissant la place à un petit cristal rouge, symbole du courage, qui vole jusque dans la paume de l’Élue.

Un peu plus loin dans leur progression, ils tombe sur un paon blanc, affaibli, allongé sur le sol. Il est affamé. Eïmina lui offre quelques baies rouges d’un buisson non loin. L’animal retrouve vitalité, et un cristal jaune, symbole de la générosité, apparaît.

Hum… C’est étrange. Ces pierres ont un effet sur le soldat de l’Armée Noire. Pour faire en sorte que ses hommes soient obéissants, Xortius les prive de leur âme, faisant d’eux des marionnettes docile et ne ressentant pas la douleur. Lorsque qu’Eïmina approche les cristaux du soldat, ses yeux deviennent moins vides et ils semblent retrouver son libre arbitre. Est-ce que le 3e cristal (si on se fit a la couverture il s’agira du bleu) libérera totalement le soldat du sortilège maléfique qui le ronge ? Deviendra-t-il un nouvel allié pour l’Élue ?

L’attention de Mina et Sviden est ensuite attirée par la petite ourse et le paon blanc qui courent dans une même direction. La jeune femme les suit et, comme les animaux, regarde au-dessus d’elle. Une énorme cage de métal est suspendue dans les airs. Elle contient une petite renarde qui a besoin d’aide. Grâce à une énigme, Eïmina arrive à libérer l’animal. La cage d’acier se transforme en cristal bleu, symbole de la ruse, de la raison et de la sagesse.

Rho… Même si je suis prise dans l’histoire, j’avoue que je trouve que tout est trop facile, trop rapide :/ Eïmina est l’Élue et tout semble innée chez elle… Elle a appris qui elle était la veille et c’est normal. J’espère que des difficultés vont finir par arriver :p

En mettant la pierre dans son sac, celle-ci active son pouvoir et déclenche le processus d’éclosion de l’œuf de dragon. Ce dernier est exactement comme celui du rêve de Mina (si ce n’est qu’il s’agit de la version « bébé » ^^).
Un lien fort existe déjà entre eux. Le dragon se pose sur l’épaule d’Eïmina et, guidé par la renarde, le petit groupe reprend son chemin, bien vite stoppé par 3 femmes.

Les nymphes informent Mina qu’elle a réussi le test et qu’elle peut continuer son chemin. Cependant, quoi qu’il arrive, elle devra continuer sa route.
Les nymphes s’occuperont du soldat pour le libérer de la magie de Xortus pendant que Sviden, Eïmina et leurs fraternels continuent leur progression.

Bien vite, un brouillard dense les entoure et le groupe est séparé. Même si Eïmina devrait suivre l’ordre des nymphes de continuer quoi qu’il se passe, elle décide de rebrousser chemin pour retrouver son ami et l’ours brun.
Ainsi, ils croisent un elfe du nom de Zaltet. C’est lui qui est à l’origine du brouillard et, en réalité, il s’agissait du test final de la Forêt de l’Oubli. Mina l’a réussi (il faut parfois savoir ne pas obéir aux ordres :p).

Zaltet ouvre un portail magique et invite Eïmina et Sviden à le suivre dans le bois elfique. Eh bien… Ce peuple que tout le monde pensait disparu existe encore bel et bien :p

L’elfe les emmène au palais de Daïsta pour y rencontrer Leurs Majestés, le roi Ellkion et la reine Damastia. Ils sont accompagnés de la princesse, Adarra.
Quand Eïmina leur montre les pierres, le roi lui apprend qu’il s’agit des Cristaux des Érudits que tous pensaient perdus. Ces derniers, une fois assemblés, permettent de révéler aux yeux du souverains l’identité des 7 Érudits. Rhoooo Eïmina va devoir partir à leur recherche ?

Alors qu’elle s’apprête à les remettre dans son sac, ils émettent une couleur rouge en direction de Zaltet. Eïmina a trouvé son premier Érudit : l’Érudit du courage.

Le lendemain matin, en cherchant la salle du trône, Eïmina se retrouve devant un miroir magique. Rejointe par Sviden, elle apprend que l’objet reflète la vraie nature des gens. Quand elle le regarde, le demi-elfe est un bouclier (il s’agit d’une symbolique : c’est son protecteur), quant à elle, elle ressemble à une reine. Même si elle n’y croit pas, c’est logique. Les cristaux révèlent les Érudits au roi. Elle a trouvé le premier Érudit. Je pense qu’elle sera la future souveraine d’Alécanthia.

Eïmina et son protecteur se dirigent ensuite vers l’arène, le lieu d’entraînement des soldats. Là-bas, et même si tous les elfes se moquent d’elle, la jeune femme demande à Bixion, le général, de lui apprendre à se défendre. Pour la tester, il demande à Zaltet d’affronter la mortelle. Si elle tient plus d’une minute, le général réfléchira à sa requête.

Dès le premier coup de l’elfe, Mina tombe à genou, une forte douleur dans les côtés. Mais elle n’abandonne pas. Elle refuse de donner ce plaisir aux elfes. Elle se relève et reprend le combat.
Après une demie heure d’un combat intense, l’Alécanthienne finit par comprendre le point faible de son adversaire. Elle arrive à le mettre au sol et gagne le combat. Eh bien, voilà de quoi faire taire les elfes prétentieux :p

Zaltet a un jumeau qui est capable de lire dans les pensées. Je me demande s’il va rejoindre l’aventure. Je trouve que ça apporterait du piment au groupe, étant donné que les 2 frères passent leur temps à se chamailler (et qu’ils semblent apprécier taquiner Mina).

Tout le petit groupe se rend à la forge afin de rencontrer Dallozior. Pour féliciter Zaltet pour sa promotion au poste de premier Érudit, le forgeron lui offre une magnifique épée.

Dallozior demande ensuite à Eïmina les Cristaux des Érudits. En quinze minutes, les 3 cristaux n’en font plus qu’une (tout en concervant les 3 couleurs principales). Le forgeron a mis la nouvelle pierre sur un collier qu’il passe autour du cou de l’Élue. Aussitôt, le cristal s’allume et s’élève dans les airs, désignant Durlat comme second Érudit, celui de la sagesse (ahhh je savais qu’il serait de la partie).

Ah mais en fait, seuls Sviden et son fraternel vont suivre Eïmina. Les Érudits vont rester dans les bois elfiques pour s’entraîner au mieux dans tous les domaines. D’ailleurs, l’Élue devra y envoyer les autres Érudits qu’elle rencontrera sur son chemin. Mince alors, je pensais qu’ils voyageraient tous ensemble.

La reine informe Eïmina qu’elle doit se rendre à la Tour de la Perdition où se trouve un passage magique pour l’école de magie. Elle y est attendu et y apprendra tout ce qu’elle doit savoir sur la magie, le monde et sa destinée

Mais le voyage jusqu’à la tour va être éprouvant, d’autant plus que l’Alécanthienne, Sviden et leurs fraternels vont devoir marcher pendant 6 jours dans le désert d’Ambrovor.


Partie 2 : Initiation

Je comprends mieux pourquoi un journaliste a comparé ce livre à Harry Potter. L’école de magie se trouve à Maïstilys. Il y a 2 écoles dans ce monde magique : Ploumeîra, au nord et Flovana, au sud. C’est dans cette dernière que les 2 voyageurs se rendent. Cette école est dirigée par un vieux sorcier du nom d’Agentior.

Voilà déjà plusieurs jours que Sviden et Eïmina progressent dans le désert. Alors que tout se passait bien jusqu’à présent, les voilà attaquer par un immense reptile : une salamandre des sables.
Bon… Une fois encore c’est facile :/ L’Élue fait diversion. Son protecteur en profite pour sortir une corde et la passe autour du cou de l’animal. Les voilà à présent à dos de salamandre pour continuer leur voyage.

Grâce à l’animal, ils arrivent à la Tour de la Perdition bien plus vite que prévu (surtout que Mina a perdu connaissance pendant 6h : elle est entrée dans une sorte de transe pour communiquer avec son dragonnet afin de découvrir son nom : Aìmeygor). Après un tour de passe-passe de l’elfe pour créer une porte, ils entreprennent l’ascension de la tour.

La Tour de la Perdition est le seul passage qui relie Alécanthia et Maïstilys. Si elle venait à être détruite il n’y aurait plus de connexion. Xortius connaît ce passage. Le peuple de Sviden a pour mission de protéger la tour 🙂

En haut de l’escalier, c’est cette fois Eïmina qui fait un tour de passe-passe (malgré elle :p). Les voici à Maïstilys où ils se rendent tout de suite à l’école de magie. Agentior les accueille et s’occupe de l’inscription de Mina et de son fraternel. Chacun d’eux suivra des cours. Pendant une semaine, l’Élue suivra des cours d’initiation à la magie avec des enfants âgés de 4 à 8 ans.

Pour pouvoir surveiller sa protégée, Sviden se fait passer pour le nouveau professeur d’initiation à la magie :p De cette façon, il pourra veiller sur Eïmina sans éveiller les soupçons (personne dans l’école à part Agentior ne sait qu’elle est l’Élue).

En à peine une journée, Mina a beaucoup progressé en magie. Elle a appris des sorts simples et surtout, à canaliser et maîtriser son énergie.
Elle ne va avoir qu’une année pour apprendre tout ce que les apprentis sorciers mettent plusieurs années à découvrir. Dès la fin de la semaine, elle rejoindra pour 3 mois la classe des Cadets.

Le soir venu, de retour à son dortoir, elle fait la connaissance de Laïra, une adolescente de 17 ans qui se lie d’amitié avec l’Élue. Tout le monde est gentil avec elle… Dans ma tête de parano, j’ai l’impression que c’est faux :/

Le lendemain après-midi, Eïmina retrouve Laïra et son meilleur ami de l’école, un garçon au nom de Prilyon.
Oh bah mince, elle qui veut rester discrète, c’est raté. Le collier vibre devant les Majors. Prilyon serait-il un Érudit ? Oh eh bien en fait, un rayon vert touche le jeune sorcier (l’Érudit de la justice) et un jaune touche Laïra (l’Érudit de la joie) :p Voilà 2 nouveaux Érudits (nous en sommes déjà à 4, il n’en manque plus que 3).

Même si les Érudits doivent se rendre à Daïstia pour leur apprentissage d’Érudits, Sviden les informe qu’ils vont d’abord finir leur année tous les 3 à Flovana avant que leurs routes ne se séparent.

Aìmeygor aussi fait de gros progrès en tant que fraternel. D’ailleurs, lui et Mina sont encore plus liés : leurs esprits ont fusionné. Même si cette fusion a été violente pour Eïmina (elle s’est évanouie et a eu très mal au crâne), elle lui permet de communiquer avec son fraternel. D’ailleurs, ce dernier s’est fait de nouveaux amis : une chimère et un loup-chauve-souris, les fraternels des deux nouveaux Érudits.
Tous les 6 assistent à un cours commun (c’est-à- dire rassemblant tous les élèves de l’école ) : l’entraînement avec les fraternels. Le lien entre Eïmina et Aìmeygor est très fort. Ils réussissent avec brio les exercices.

Le soir-même, toute l’école est réunie dans le réfectoire ; Agentior a une annonce à faire. C’est l’occasion de découvrir tous les professeurs. C’est rigolo parce que les descriptions physique des personnages (ainsi que leur nom) sont en raccord avec la matière qu’ils enseignent :p Il y en a beaucoup, et je n’ai retenu quasi aucun nom… En tout cas, l’équipe enseignante est composée d’un mélange de race, y compris des nains (alors que Mina pensait l’espèce éteinte).

Le directeur de l’école leur annonce que dans 6 mois, les Majors des 2 écoles de magie du continent s’affronteront dans une compétition :p
Dans 6 mois, cela fera 3 mois que l’Élue aura rejoint les Majors. Elle participera donc au tournoi. Craignant de ne pas être à la hauteur, ses amis la rassurent en lui disant qu’ils lui donneront des cours particuliers.

Comme dans chaque école, tu as des caïds, des gens qui se croient meilleurs que tout le monde. Le trio s’est fait des ennemis : Spactoïs et Nestios, les rédacteurs fouineurs du journal de l’école. La guerre est déclarée, mais Eïmina et ses amis doivent se méfier : leur secret doit rester secret…

Hum… bizarre… En pleine nuit, Eïmina est attirée sur la terrasse des fraternels par Sviden. Cependant, le lendemain, le demi-elfe lui dit que ce n’était pas lui. Quelqu’un se fait passer pour son protecteur ? Quelqu’un sait qu’ils ont un secret commun ?
Pour les protéger, Sviden lui apprend un sort pour dévoiler la véritable identité d’une personne. Ils doivent chacun la prononcer s’ils se retrouvent seuls à seuls.
Est ce que ça pourrait être un des 2 journalistes ? Un espion de Xortius ?

Eïmina va passer dans la classe supérieure, celle des Cadets. Pour la remettre à niveau, Laïra et Prilyon lui présentent les cours qu’elle va suivre : Magie générale, histoire de la Magie, cours de potion, cours d’Illusions.

Alors que les 3 amis filent celui qu’ils pensent être Sviden, ils sont attrapés par Neïcra, la professeure de Nécromancie. Elle les emmène dans sa salle de classe au sous-sol et leur dévoile qu’elle sait qui ils sont : l’Élue et 2 Érudits.
Elle en profite pour tirer les cartes à Mina. Elle lui dévoile qu’elle doit se méfier et ne faire confiance qu’à ceux dont le destin est lié au sien, qu’elle rencontrera l’âme soeur et que, même si elle réussira tout ce qu’elle entreprendra, elle ne doit pas laisser son passé prendre le dessus (autrement dit, elle va devoir laisser de côté son désir de vengeance).
Elle les informe ensuite que l’usurpateur est toujours dans le sous-sol mais qu’ils doivent se méfier : le lieu cache quelque chose. En effet, le groupe d’amis va s’aventurer dans un labyrinthe où, pour s’en sortir, il faut toujours tourner à droite. Mais ils risquent de rencontrer des dangers contre lesquels ils ne devront absolument pas utiliser la magie ; celle-ci se retournerait contre eux.

Eïmina, Prilyon et Laïra sortent bien vite du labyrinthe et retrouvent celui qui se fait passer pour Sviden. Grâce au sort fourni par son protecteur, Mina lève l’illusion. Face à eux se trouve Illistïos, le professeur d’Illusion lui-même. Il leur dit qu’il a surpris une conversation entre Sviden et Agentior et que cela a attisé sa curiosité. Selon lui, l’Elue a besoin d’alliés… La nécromancienne lui a dit de se méfier et je n’ai pas confiance en Illistïos, tout comme l’Élue et les Érudits. Le professeur les emmène dans le bureau du directeur. Pour Illistïos, il faut que le corps enseignant soit au courant de qui est Mina. Cela leur permettrait de mettre en place des cours particuliers pour les 3 jeunes gens. Sviden a mené son enquête sur chaque professeur : ils sont dignes de confiance. Il accepte donc cette idée. Agentior programme une réunion exceptionnelle le soir-même.

Tous les professeurs sont d’accord, et, après 3h de débats, un planning de cours particuliers est enfin mis en place.

L’absence des 3 amis dans le dortoir n’est pas passée inaperçue pour les rédacteurs en chef du journal. Ils décident de mener l’enquête et de les surveiller davantage. Comme Mina ne fait pas partie de leur classe, des Cadettes se chargeront de leur rapporter ses moindres faits et gestes… Je sens que Nestios et Spactoïs font devenir un problème.

Le premier cours individuel d’Eïmina est un cours de Potion. En essayant de réaliser l’exercice donné par le professeur, elle s’embrouille les pinceaux et crée une créature que son enseignant baptise hiripikïos. Ça ressemble à un hérisson avec de grandes oreilles, des yeux globuleux et une grosse bouche avec des dents acérées sur le ventre. Eïmina décide de garder l’animal qu’elle appelle Hiri.

Mina repense au soldat qu’elle a laissé aux Nymphes. J’y pensais moi même pour être honnête… et si c’était lui l’âme soeur dont lui a parlé Neïcra ?

Pour le second cours, l’élue sera avec les 2 Érudits. C’est un cours d’Illusions. Illistïos veut leur apprendre à créer des Illusions réalistes, en équipe (pour les grosses illusions) mais aussi individuelles pour les plus petites.
Les 3 jeunes gens sont doués, et Eïmina se surpasse, une fois de plus. Elle crée l’hydre qu’elle avait vu sur l’armure des soldats de Xortius. Ça étonne Illistïos, et il s’alarme que Xortius ait relâché des membres de son armée en Alécanthia. Cette révélation force le professeur à suspendre son cours et à aller parler au directeur. On n’en saura pas plus.

Les semaines passent. Mina entre chez les Majors. La compétition entre les 2 écoles de magie est avancée d’un mois.
Durant ses prochaines semaines, les cours sur les Éléments seront mis à l’honneur (en cours magistral, mais aussi en cours particulier pour l’Alécanthienne et les Érudits). Mais en plus de ceux-ci, les élèves étudieront aussi la Magie généraliste et la Botanique. Mine de rien, ces dernières semaines ont été intenses pour tout le monde, et surtout pour les 3 amis que l’on a vraiment poussés.

Grâce au joyau autour de son cou, la force magique d’Eïmina est incroyable. Elle est bien au-dessus de tous les élèves de l’école, voire même des professeurs.

C’est le jour J. Élèves, fraternels et deux enseignants prennent la route pour Ploumeïra.

Le voyage jusqu’à l’école de magie se passe bien. La compétition commence. Trois épreuves se succèdent. La première concerne la magie généraliste. Elle est remportée par l’école hôte. La seconde épreuve est une épreuve collaborative de botanique. Cette fois c’est l’école d’Agentior qui la remporte. Dans la toute dernière épreuve, celle pour partager les deux écoles, les élèves devront montrer leur habilité en métamorphose. Grâce à Eïmina, Laïra et Prilyon, Flovana remporté la compétition et concerne son titre de meilleure école de magie.

A peine la compétition terminée, les visiteurs reprennent la route de leur école. A leur arrivée, Agentior annonce qu’ils vont avoir 2 semaines de vacances. Mais cette nouvelle n’enchante pas Mina. Elle a un pressentiment : quelque chose d’horrible va se produire et elle ne pourra rien y faire.

Le groupe d’amis se sépare et Sviden et Eïmina retournent vers la tour pour repartir en Alécanthia. Cependant, Aìmeygor ne peut pas les accompagner. L’Élue va devoir se séparer de son fraternel pour 2 semaines.

Oh mince… la Tour de la Perdition est censée être protégée, mais à peine de l’autre côté, Sviden, Ortac et Mina se retrouvent face à des soldats de l’Armée Noire.
Pour voyager plus léger, les amis n’avaient pris ni armure, ni épée. Les soldats étaient protégés par un bouclier magique. Le temps qu’Eïmina le détruise, l’un d’eux a tenté de la tuer. Sviden s’est interposé et a reçu le coup à sa place. Oh bah mince alors, je ne m’attendais pas à ce que le protecteur de l’Élue meure… Sviden s’est réincarné en arbre. C’est le cœur déchiré que Mina et l’ours brun reprennent leur route.

De retour dans la Forêt de l’Oubli, le roi et la reine des elfes autorisent Mina à retourner auprès de ses poches pour soulager son cœur blessé. Elle décide alors d’aller voir Owney. Ce dernier est plus que ravi de la revoir (je sens toujours le rapprochement entre les 2, comme je l’ai dit au début :p). Le marchand lui apprend que les temps sont durs : l’Armée Noire est de plus en plus présente et elle ne fait pas que patrouiller. Elle réduit en cendres certains villages, comme Cazbellec…
Ouf ! Owney avait entendu l’information qu’un groupe de soldats se dirigeait vers le village. Il a prévenu Blau et tout le monde a pu être sauvé.

Xortius est au courant de l’existence de l’Élu (même s’il ne sait pas qu’il s’agit de Mina (enfin je pense)). En tout cas, quelqu’un la trahit. Le sorcier a envoyé ses soldats dans tous les endroits où se trouvait la jeune femme… Owney lui conseille de ne faire confiance à personne ou alors de lancer un sort de vérité sur les gens qu’elle côtoie. C’est ce qu’elle décide de faire et elle commence par son hôte. Parfait. Elle peut lui faire confiance, ainsi qu’à sa bonne.

Eimina se décide à remettre son collier. Le cristal s’illumine d’une couleur orange. Owney est le cinquième Érudit, celui de l’honneur. Il n’en manque plus que 2 : la pureté (je suis sûre que c’est le soldat qu’on gardait les nymphes) et la tempérance.

Owney et sa bonne, Fali, retournent donc sans la forêt elfique avec Mina, puis, la jeune femme continue son chemin vers la tour. Etant donné la réaction de Zaltet quand il rencontre Owney, je suis certaine qu’il a des sentiments pour Mina. Finalement, je pense que c’est lui son âme-soeur. Je sens un truc entre eux depuis leur première rencontre :^p

Au bout du désert, elle se fait attaquer par des soldats de Xortius. En mauvaise posture, elle reçoit l’aide d’un jeune homme, charmeur, nommé Laüstig (je ne le sens pas). Il se propose de l’accompagner jusqu’ à sa destination. Pour protéger la tour, Eïmina refuse. Il lui dit alors qu’il est sûr qu’ils se reverront… un truc ne me plaît pas chez lui…

Les 4 derniers mois de l’année scolaire de magie se passent bien. L’Élue et ses Érudits sont très bons en magie et les lacunes des uns sont comblées par le savoir des autres.

C’est le soir du bal de fin d’année. Alors qu’elle n’avait pas envie d’y assister, Laïra arrive à faire changer d’avis Eïmina.
Grâce à la princesse Adarra et à son amie, Mina est la copie conforme de ce qu’elle avait vu dans le miroir.

Au bal, il y a un invité spécial : Grofus, l’Érudit qui avait Xortius pour disciple il y a bien longtemps. Il veut s’entretenir avec Eïmina.
L’elfe lui apprend que ses 2 amis partiront avec lui à l’aube. Pas de temps pour les au revoir. De son côté, avant de les rejoindre, elle devra aller à Palasthia et suivre les instructions indiquées sur un parchemin.

Pendant que Mina parlait avec Grofus, Nestios et Spactoïs ont emmené les 2 Érudits dans les catacombes…
Les 2 fouines sont persuadées que le trio veut détruire l’école de l’intérieur. Ils disparaissent dans une explosion pour tout aller raconter au directeur. Mais leur départ a brisé les cages de verre des créatures du sous-sol qui s’en prennent aux 3 amis.
Grâce au lien mental qui les unit, ils unissent leur force pour remettre dans les cages les créatures. On a vraiment l’impression qu’ensemble, rien ne peut leur arriver.

Oh bah mince, même Aìmeygor est parti avec ses amis. Une fois de plus, l’Alécanthienne se retrouve seule avec Hiri 🙁

De retour en Alécanthia, elle prend la direction de Paleasthia.
Près du Fleuve Caïssa, elle tombe de nouveau sur Laüstig et son fraternel, Vultur, un magnifique Phoenix. Comme par hasard, je te laisse deviner où il va… tsss…
Ils se font attaquer par une énorme bestiole volante. Laüstig protège l’Élue en la plaquant contre un arbre pendant que Vultur s’occupe de la créature. Le jeune homme embrasse alors Mina, disant qu’il y pense depuis leur première rencontre. D’ailleurs, Laüstig plaît également beaucoup à Mina (mais moi je ne l’aime pas…).

Tous les 2 grimpent à bord d’un navire qui les déposera près de Palasthia.

Au cours du voyage, des soldats stoppent le bateau. Heureusement Mootiüs, le capitaine, sait quoi dire : il prétend livrer des armes à Xortius. Les soldats le laissent passer et bientôt, ils arrivent à bon port.
Décidément, le sorcier est prêt à tout pour mettre la main sur l’Élu et l’empêcher de lui nuire…

Les 2 jeunes gens vont dans une auberge. Laüstig règle les 2 chambres sans rien demander à Mina.
Alors que la jeune femme range ses affaires, on frappe à la porte. Son compagnon de voyage a décidé de ne plus retenir cette attirance incontrôlée pour l’Élue. Il l’embrasse fougueusement. Ils passent la nuit ensemble et Eïmina se sent bien auprès de lui. Pourtant, au petit matin, il a l’air inquiet. Il la quitte précipitamment sans lui donner plus d’explications et lui dit qu’ils ne se reverront jamais. C’est un espion non ? Sauf qu’il ne pensait pas être attiré autant par elle ? Il est louche, je le dis depuis le début…

Eïmina, déçue par le comportement du jeune homme, entreprend la mission que lui a confiée Grofus. Elle ouvre le parchemin et découvre le lieu où elle doit se rendre : la bibliothèque de Palasthia.
Là-bas, suivant les instructions du vieux Sage, elle découvre un livre ancien qui semble vide… Elle le met dans son sac et sort du bâtiment. Devant celui-ci, elle rencontre Tilo qui l’emmène voir Blau.

C’est le cœur chargé à bloc qu’Eïmina s’apprête à repartir. Elle crée un portail vers la Forêt de l’Oubli mais elle ne devait pas être assez concentrée, elle arrive finalement à Cazbellec, en ruine… Bien vite, le bonheur d’avoir revu ses amis et d’avoir eu des nouvelles de ses proches laisse la place à la colère et au désir de vengeance…
Cette fois, elle crée un nouveau portail et retourne dans la forêt elfique pour donner le livre à Grofus. Mine de rien, son détour dans son ancien village lui a donné la rage et la force de se battre, d’accomplir son destin.

D’ailleurs, son destin est en train de se mettre en place.
Alors que Grofus allait lui expliquer ce que contient le livre, le couple royal les convoque. Xortius a pris possession d’une ville à l’est de Palasthia. Il est donc décidé de mettre en place une armée pour défendre leur monde.

[fermer]

En conclusion

Je suis ravie d’avoir enfin pu lire ce livre. Il m’a rappelé des souvenirs d’une saga que j’avais beaucoup aimée (et qui m’a fait aimer le fantastique) : Les Chevaliers d’Emeraude d’Anne Robillard. J’ai aimé me retrouver dans ce monde où des créatures magiques et non magiques se côtoient, où un groupe de personnes est choisi pour défendre le continent.

Chacun des personnages est attachant et, on veut avancer dans l’histoire et tout découvrir avec Eïmina.

Cependant, des choses m’ont “dérangées”. J’ai été prise dans l’histoire, du coup, j’ai trouvé qu’elle allait trop vite. Il y a parfois des sauts dans le temps (je voulais rester encore un peu avec eux moi), et certaines scènes ne sont pas assez décrites, pas assez longues à mon goût (je pense notamment à la rencontre avec la Salamandre des sables dans le désert d’Ambrovor).
Ensuite, j’aime qu’un livre me surprenne. Ici, beaucoup de choses étaient prévisibles. Honnêtement, j’espère me tromper avec cette remarque :p Au fil de ma lecture, j’ai fait des suppositions et je suis impatiente de découvrir dans les prochains tomes si j’ai vu juste ou non :p
Oui, tu l’as compris, j’ai aimé ce livre et les remarques négatives que je fais sont justement liés au fait que j’ai aimé et que j’aurai bien aimé que le tome fasse le double de pages pour m’y plonger encore plus :p

Le tome ne se termine pas sur un cliffhanger, mais sur un tournant dans l’histoire. Ça ne m’étonnerait pas que le prochain tome commence quelque temps plus tard. J’ai vraiment hâte de continuer les aventures d’Eïmina.

Où le trouver ?

Le livre est disponible sur :

Commentaires en cours de chargement...